La taverne des rôlistes

Réflexion et analyse critique sur le JdR en général et sur des JdR particuliers

Cohérence exagéré du PJ loup-garou


L’idée du travail qui est présenté ici est venue de la découverte d’une grande base de personnages pour Loup-Garou (l’Apocalypse) crées directement en ligne par des joueurs. Notre postulat est le suivant : un si grand nombre de personnages (595 au moment où j’écris ces lignes) créés spontanément par des joueurs devraient être porteurs d’une certaine représentativité des préférences des joueurs et de leurs représentations. Par exemple, on devrait trouver certaines tribus ou auspices en large surnombre si celles-ci sont très appréciées des joueurs. Nous allons donc analyser cette base afin d’en tirer une idée générale de la popularité des différents types de personnages.

Attribut et espèce


Dans le graphique ci-dessus, nous représentons le nombre moyen de points attribués à une catégorie d’attribut (physique, social et mental) en fonction de l’espèce (homidé, lupus ou métis). Le premier résultat qui saute aux yeux est la forme d’escalier figuré par les trois attributs. Les trois espèces différentes ont en moyenne un maximum de points dans la catégorie « physique », un peu moins dans « social » et encore moins dans « mental ». A vrai dire, nous nous doutions un peu de la domination du physique pour deux raisons : la première est évidemment le grosbillisme de certains qui pèse lourd sur les moyennes et la seconde renvoie plutôt au fait que l’importance des caractéristiques sociales et mentales a tendance à être affaiblie du fait que le joueur peut utiliser pour cela ses propres caractéristiques (voir « Le continuum description/interprétation »), ce qui n’est pas possible avec les caractéristiques physiques. Par ailleurs, on observe aussi une différence dans le nombre de points répartis. Les lupus et les métis sont effectivement plus puissants dans cet échantillon que les homidés. A ce stade, nous n’avons pas d’explication pour ce résultat, mais cela viendra.

Attribut et auspice



Ce second graphique montre les répartitions de points dans les différents attributs en fonction de l’auspice. Comme on pouvait l’attendre, les Ahrouns sont très largement plus puissants que les autres sur le plan physique et sont aussi relativement spécialisés par rapport aux autres auspices plus polyvalents. Par ailleurs, les Théurges sont les meilleurs sur le plan social (très spécialisés aussi) alors que les Philodoxs l’emportent sur le plan mental (tout en étant polyvalents). Il est tout à fait logique de trouver des profils très différents en fonction des auspices puisque ce trait bien particulier est supposé décrire le rôle de l’individu dans la société des loups-garous, avec ce que cela implique de compétences spécifiques. Comme les homidés du graphique précédent, les Ragabash sont faibles partout, ce qui est assez étonnant.

Attribut et tribu



Le graphique ci-dessus présente le nombre de points dans les attributs en fonction de la tribu. Sur les 13 tribus présentées, 10 ont le physique comme catégorie dominante. Les 3 exceptions (Astrolâtre, Enfant de Gaïa et Marcheur sur verre) ont pour dominante le social. Aucune tribu n’est donc spécialisée dans les caractéristiques mentales. Sur le plan physique, les 4 tribus les plus puissantes sont (dans l’ordre) les Fils de Fenris, les Danseurs de la spirale noire, les furies noires et les Griffes rouges. Globalement, toutes les tribus semble à peu près aussi puissantes si l’on regarde les trois caractéristiques, sauf les Arpenteurs silencieux, largement plus faibles dans les trois.

Espèce par tribu


Le graphique ci-dessus présente le nombre d’individu de chaque espèce (Homidé, Lupus, Métis) dans chaque tribu. On constate d’abords que les métis sont peu nombreux dans toutes les tribus. A l’inverse, les homidés dominent par leur nombre toutes les tribus sauf les Griffes rouges et les furies noires, dominés par les Lupus. Enfin, ce graphique montre un gros déséquilibre avec plus d’une centaine d’homidés dans la tribu des Arpenteurs silencieux. Rappelons que les Arpenteurs silencieux sont la plus faible des tribus (voir plus haut) et les homidés, la plus faible des espèces. Il est à présent vraisemblable qu’en réalité, la faiblesse apparente des homidés résulte du grand nombre d’Arpenteux silencieux dans leurs rangs, ou inversement. Par ailleurs, nous pouvons aussi supposer que la faiblesse des Ragabash s’explique par un grand nombre d’Arpenteurs silencieux dans leurs rangs.

Auspice et tribu



En regardant l’effectif des auspices dans chaque tribu, on s’aperçoit que notre hypothèse se vérifie. Les Ragabash sont effectivement très nombreux (plus de 80) chez les Arpenteurs silencieux. Par ailleurs, on constate que les Arhouns sont principalement présents dans 5 tribus : les Crocs d’argent, les Fils de Fenris, les Furies noires, les Griffes rouges et les Seigneurs de l’ombre. Là aussi, il pourrait y avoir une certaine confusion. Ces tribus sont celles qui ont le plus de points en physique. En même temps, les Arhouns ont plus de points en physique que les garous d’autres auspices. Seulement les membres de ces clans sont aussi ceux qui sont d’auspice Arhoun. 

Conclusion

Il semble que les joueurs créant des personnages sur cette base donnent une sorte de cohérence générale au personnage. Pour résumer, je veux faire un gros balèze, je vais donc choisir un Fils de Fenris d’auspice Arhoun et avec beaucoup de points en physique. L’idée selon laquelle l’auspice, le clan et l’histoire personnelle seraient trois sources d’influences différentes sur les caractéristiques ne semble pas répandue. Si cela avait été le cas, les joueurs auraient par exemple considérés qu’un personnage pouvait être « un peu » guerrier car Fils de Fenris (tradition guerrière) tout en ayant un côté spirituel du fait de son auspice philodox. Je suppose qu’il s’agit là d’un phénomène que l’on retrouve dans beaucoup de jeux. Chez les personnages de Fantasy, on trouvera sans doute plus d’archer elfe et de barbare nain que l’inverse, notamment parce que le nain a de toute manière déjà les muscles sur lui tout comme l’elfe a l’habilité (peut-être aussi à cause de l’influence d’un certain Legolas…). Mettre en cohérence les auspices, tribus et caractéristiques est aussi un moyen de rendre le personnage plus facile à appréhender. Lorsqu’on me présente un Marcheur sur Verre Arhoun, je ne sais pas trop à quoi m’attendre. Si ce Marcheur est d’auspice philodox, les choses sont déjà plus simples, surtout s’il est accompagné d’un lupus Griffe rouge arhoun. Du premier coup d’œil, je vois en gros à qui j’ai affaire. Il s’agit sans doute d’une caractéristique liée au côté dynamique du jeu de rôle, comme peut l’être un film par exemple. Dans un film ou un jeu de rôle, les séances ont une certaine durée et pour que les personnages puissent rapidement partir à l’aventure, il ne faut pas perdre trop de temps à les présenter. La création de personnages bien identifiables presque au premier coup d’œil permet de mettre l’histoire au premier plan. Je pense par exemple à la première apparition de « Blade » dans le film du même nom. La scène se passe dans une boîte de nuit bourrée de vampires et d’un coup, un type habillé tout en cuir avec des tatouages et des lunettes noirs débarque et se met à taillader toutes les sangsues à coup d’épée, puis à les canarder au pistolet et au fusil à pompe. Tout cela bien sûr sans transpirer… Blade est un personnage Marvel qui a été approfondi dans les comics, mais dans ce film, il se résume à peu près à ce que cette scène permet de penser de lui. L’approfondissement de Blade dans les comics s’explique notamment par la quantité des publications qui permet de distiller dans les nombreux épisodes quelques nouvelles informations sur le personnage sans entraver l’aventure. En suivant la même logique, les longues campagnes devraient permettre de donner de la profondeur aux personnages et sont donc plus propices de ce point de vue aux personnages ambigus. De la même manière qu’une série TV peut révéler par pincées de nouveaux éléments sur les personnages à chaque épisode, une campagne est l’occasion de jouer des personnages complexes sans que ceux-ci ne prennent le pas sur l’histoire. 
Nous avions déjà abordé le côté stéréotypique des personnages de jeu de rôle, mais ce petit travail sur les personnages pour Loup-garou nous amène à penser que les choses sont soumises à de nombreux facteurs. Il y a les stéréotypes, mais aussi la tendance rationnelle à privilégier les caractéristiques physiques (« Le continuum description/interprétation ») et enfin une mise en cohérence exagérée des caractéristiques qui peut être envisagée soit comme un moyen de créer des personnages facilement appréhendables, soit comme un moyen d’optimiser les personnages en les spécialisant, comme on le ferait spontanément dans un Porte-Monstre-Trésor traditionnel. 

Sylvain

1 commentaires:

Tu dis que les lupus et les métis sont plus puissants, et que certaines catégories sont plus "fantomatiques", mais il faut bien comprendre d'après le livre "Loup Garou les déchus", que un exercice pour se métamorphoser est nécessaire. Par exemple passer cinq heures ou six à se forcer à marcher dans des conditions difficiles, dans la ville ou la campagne, sans interruption, jusqu'à briser certaines limites du corps.Ensuite comprendre que le corps est un réseau de tissus organiques qui peuvent se modifier, en même temps que l'ADN. Là on arrive au premier changement, au bout d'un an de pensée et de pratique. Il faudra alors toute sa détermination et compréhension d'un rituel pour se transformer en loup (et bien sûr qu'il faudra avoir synthétisé le loup dans son esprit et tout son corps pour prendre entièrement sa forme). C'est trés émouvant la première métamorphose (les vêtements collent avec) et si tu as déjà synthétisé d'autres animaux dans ton esprit, cette nuit ou ce jour tu pourras te transformer à TA GUISE SANS EFFORT autre que la synthèse jusqu'à ce que tu dormes. Relis bien le livre car tu prends les sens du loup, ou de l'aigle, et se repérer, ne pas confondre et repérer les bruits et les lieux doit être sûr. J'ai compris que c'était "Seigneur des Tempêtes" le bon choix de métabolisme et de volonté pour moi. je ne me suis transformé qu'une fois en plusieurs animaux il y a cinq ans. Ça demande de la prudence. Gare. Tu cocheras les cases vides des différents paragraphes du livre compris quand tu en seras là. Bonne route.

 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...