La taverne des rôlistes

Réflexion et analyse critique sur le JdR en général et sur des JdR particuliers

Couper la racine des connaissances illégitimes

 
Dans l’article intitulé « Les informations illégitimes », nous réfléchissions sur la manière avec laquelle un joueur peut gérer le fait qu’il accède à certaines informations que son personnage ne devrait pas connaitre. Constatant que les informations illégitimes sont globalement difficiles à éliminer, nous nous demandons à présents s’il existe des moyens de les empêcher d’arriver jusqu’aux joueurs.

Les communications privées

Parmi les tables que j’ai fréquenté, un moyen d’éviter de transmettre aux joueurs des informations illégitime passe par des communications privées entre le(s) joueur(s) concerné(s) et le MJ (ou entre des joueurs entre eux). Sans prétendre à l’exhaustivité, voici quelques méthodes de communication privée que j’ai pu observer :
- La boulette de papier contenant un message : elle peut éventuellement revenir à son primo-émetteur avec une réponse.
- Le message crypté ou sous-entendu donné à l’oral : par exemple, un joueur peut déclarer au MJ  « J’utilise mon tu-sais-quoi » avant de mystérieusement lancer une poignée de dés.
- L’aparté : consiste à s’éloigner physiquement avec la ou les personne(s) à qui on veut parler (par exemple dans une autre pièce).
- Le bouchage d'oreilles : les joueurs qui n'ont pas accès à l'info restent présents physiquement mais n'entendent rien. Rapide et facile à mettre en place.

Notons qu’avec ces méthodes, une information illégitime parvient tout de même jusqu’au joueur puisqu’il constate que des informations circulent dans son dos, ce que son personnage ne devrait pas savoir. Cela peut donc déclencher une méfiance anormale à l’égard du joueur supposé comploteur.

Les feintes du MJ

Le MJ lui-même peut délivrer sans le vouloir un grand nombre d’informations. Un joueur qui entend des dés rouler derrière l’écran alors que son personnage se promène dans la forêt a de quoi se mettre sur ses gardes. S'il l’entend tourner rapidement les pages de son livre, il peut en déduire qu’il cherche une information précise, ce qui selon le contexte peut être une indication utile. Pour brouiller ces informations, rien n’empêche le MJ de prendre l’habitude de lancer machinalement un dé à chaque fois qu’il prend la parole, ou de tourner les pages pendant les moments où il écoute les joueurs s’exprimer. Nous avons déjà évoqué le cas particulier des jets de dés, notamment de perception, qui peuvent délivrer des informations illégitime, ce qui peut être contourné par les jets effectués derrière l’écran (voir « L’épineux problème des jets de perception »).

Conclusion

Il n’est pas forcément pratique ou souhaitable de passer les séances à faire des apartés (surtout dans des groupes où les joueurs partagent ensuite l'ensemble des informations) en lançant inutilement des dés. Ces différentes techniques peuvent se révéler gênantes sous certains aspects. Par exemple à titre personnel, j’évite au maximum les apartés car j’ai un peu de mal à accepter l’idée que les joueurs ont fait plusieurs kilomètres pour se retrouver et se répartir dans des pièces différentes. J’ai tendance à préférer accepter de laisser passer pas mal d’informations illégitimes vers mes joueurs en comptant d’une part sur leur bonne foi et d’autre part sur leur capacité à blanchir efficacement les informations (Le blanchiment d’informations). Je crois que le plus important est de repérer les moments pendant lesquels l’adéquation des informations détenues par les joueurs et leur personnage est importante. Cela ne me dérange pas à priori que le joueur dont le personnage va acheter des armes reste à table pour jouer la scène devant les autres. En revanche, si un PJ apprend que le PNJ Krang est un dangereux psychopathe et que ce dernier est en train de prendre l’apéro chez un autre PJ injoignable qui ne se doute de rien, il me semble très important de faire en sorte que les joueurs n’en apprennent pas plus que leurs personnages. Comme souvent dans le jeu de rôle, il y a un subtil équilibre à trouver : entre la contrainte que constitue la dissimulation d’informations illégitime et la contrainte que constitue leur diffusion. Cet équilibre dépend de la scène jouée, mais aussi des habitudes et préférences du groupe.

Sylvain
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...